~ Fleur & Lâcher prise ~

Dernière mise à jour : 20 mars


Il était une fois une fleur.

Cette fleur, épanouie, comptait 7 pétales qui faisaient d’elle un être : souriant, confiant, sensible, inspirant, fort, généreux et bienveillant.

Elle portait également en elle quelques épines qui la mettaient, malheureusement, un peu trop souvent en position d’attente. Cela lui pesait beaucoup. Ces épines-là étaient bien lourdes au quotidien. Malgré tout, elle avançait. 


Prénommée Fleur, elle travaillait fort à son propre bonheur, et à celui des autres.

Être alignée, et aider les autres à garder leurs tiges bien droites, était -pour elle- une priorité.


Son plus grand bonheur était d’arroser de bienveillance et d’amour ceux qu’elle aimait.


Son deuxième plus grand bonheur était de recevoir leurs gouttes d’amour et de bienveillance en retour.

Sa terre et ses épines étant exigeantes, elle avait besoin de beaucoup d’eau. Chaque jour.


Chaque jour, elle ressentait le besoin d’arroser ceux qu’elle aimait. A sa façon.

Chaque jour, elle ressentait le besoin d’être arrosée. En retour.


Mais la vie est ainsi faite que Fleur était parfois déçue. Blessée. A cause d'un tourbillon géant, prénommé Indifférence.


Fleur s’aperçut, à un moment donné, que certains de ses arrosages, remplis de belles intentions et attentions, étaient à sens unique. Elle en fut blessée.

Asséchée.


Une sécheresse de quelques jours lui paraissait des semaines, pour ne pas dire des mois... Fleur pouvait donc faner très vite, et risquer de perdre ses beaux pétales.


Indifférence venait, de temps en temps, emporter avec lui toutes les bonnes intentions des êtres qu’elle aimait tant.

A nouveau de retour dans le coin, Fleur le ressenti assez vite.

La sécheresse commença alors à s’installer autour d’elle. Insidieusement.


Face à une telle aridité, Fleur commença à faner. Un peu plus chaque jour.

Elle commença à perdre sa vivacité et à se rétracter. Un peu plus chaque jour.


Fleur, épuisée, s’arrêta alors de répandre ses arrosages quotidiens, remplis de beaux mots et de belles intentions. Un peu plus chaque jour.


Pourtant, elle garda espoir !


Ne sachant comment réagir face à la sécheresse grandissante, Fleur commença à jouer des rôles qui ne lui allaient pas du tout. N’aimant pas jouer, elle décida alors de prendre le chemin qui lui paraissait le plus léger et le plus facile : celui de la Distance.


Fleur cru bon de répondre à Indifférence par de la distance. Or, elle s’aperçut vite que ce chemin était trompeur : loin de lui apporter la légèreté qu’elle cherchait, cette route la lui faisait faire fausse-route.


Fleur fit alors demi tour, et prit à gauche (coté Cœur) : le chemin des Ressentis.

Connectée à la force de ses racines, elle décida, sur le chemin de ses Ressentis, d’écouter, d’accueillir, d’accepter et d’exprimer.


Prendre ce chemin là lui fit un bien fou. Fleur y trouva un brin de légèreté et d’apaisement. De détachement.


Sur ce chemin, Fleur croisa un lotus géant, prénommé Lâcher prise.


Fleur de lotus, épanouissement

Lâcher prise était beau, non pas par sa grandeur et sa couleur, mais par ce qu’il représentait : de ses racines prises dans l'eau boueuse, un être fort, léger et épanoui arrivait à émerger.

Un être fort, léger et épanoui y régnait.


Lâcher prise, qu’elle cherchait en vain depuis toujours, s’approcha d’elle et lui murmura :


« En prenant le chemin de gauche, celui de ton Cœur, tu as réussi à croiser ma route. Tu es sur le bon chemin. Continue.

Tes épines font partie de toi, il est certes très difficile de t’en extraire, et ça te blesse. Cependant, ne doute jamais de la force que tes racines t’apportent ; des ressources que tu as en toi.

Et ne doute jamais de l’eau que les autres t’apportent. Ils ne t’arrosent peut-être pas de la même façon que tu le fais, ni autant que tu le voudrais. Pourtant ils t’arrosent. Et c’est ça qui compte. C’est précieux. Garde ça en toi.

Peut-être que tes gouttes sont trop nombreuses pour eux. Pourtant ils les acceptent, de la façon dont elles tombent. Et c’est ça qui compte. »


Lâcher prise termina son monologue par une question :


« Sais-tu, Fleur, quelle est la différence entre "Je t'adore" et "Je t'aime" ? »


Fleur l’ignorait. Elle savait juste qu’il s’agissait là de deux sortes de mots forts, puissants même, et bienveillants.

Elle aimait tant entendre et prononcer ces mots, ils lui étaient si doux… Cependant, Fleur ne connaissait leur différence ; leur nuance.


Lâcher prise, en chuchotant distinctement ses mots à chacun des pétales de Fleur, révéla, tel un secret :

« Bouddha a dit : "Quand vous adorez une fleur, vous l'arrachez. Mais quand vous aimez une fleur, vous l'arrosez tous les jours. Celui qui comprend ça, comprend la vie." »


A ces quelques mots, remplis d’un bel apprentissage, Fleur se sentit apaisée. Elle décida alors de poursuivre sa route, sur le chemin de son Cœur…


En chemin, un nouveau pétale poussa, qu’elle nomma Lâcher prise, en souvenir de sa belle rencontre.

Elle avait désormais 8 pétales pour l’accompagner.


Bien décidée à continuer d’arroser de bienveillance et d’Amour ceux qu’elle aimait, et de s’améliorer, Fleur apprit -avec le temps- à accueillir les gouttes des autres à leur juste valeur ; sans les compter ni les juger. Les accepter telles qu’elles sont, et s’imprégner de leurs bienfaits. Tout simplement.


On raconte qu’un nouveau pétale commençait à pousser, nommé Patience.


On raconte aussi que Fleur avait appris, avec l’aide de tous ses pétales, à s’arroser elle-même. Et que la principale source de son bonheur venait de cette capacité-là…


Il se dit même que Fleur partagea ce nouvel apprentissage, à tous ceux qui venaient vers elle, et qui osaient le lui demander




----

Crédit photo : https://pixabay.com/fr/users/EllenChan-4047246/Crédit

15 vues0 commentaire